L'image n'est pas disponible sur votre navigateur.

MarieJeanne PUGIN, Psychologue clinicienne DE, Hypnothérapeute certifiée AFEHM, Praticienne visionpure - 06 71 83 30 34

Psy...

...chologue ...chiatre ...chanalyste ...chothérapeute ?!


Le psychologue a suivi une formation universitaire de 5 ans et est donc titulaire d’un Master. Au cours de son cursus, il choisit sa spécialisation en psychologie sociale (pour exercer plutôt dans la psychologie du travail), psychologie "clinique" ("clinique" signifie au chevet du patient) ou en recherche en psychologie. Le psychologue est formé à la pratique des tests psychologiques scientifiques spécifiques aux psychologues et que seuls les psychologues sont habilités à faire passer. La consultation du psychologue n’est pas remboursée par la Sécurité Sociale. Certaines mutuelles, parfois, en prennent une partie en charge. Selon son orientation et ses formations complémentaires, il est chercheur, au chevet du patient ou dans l'expertise.

Le psychiatre, est un médecin spécialisé dans les maladies mentales. Il est formé pour délivrer des médicaments qui traitent les maladies psychiques. Il peut être consulté pour des troubles quotidiens (crises d'angoisse passagères, phobies, insomnies...) et pour les maladies mentales graves. Le psychiatre étant médecin, il est habilité à prescrire et sa consultation est remboursée.

Le titre de "psychothérapeute" garantit un nombre d'heures de formations dans un domaine thérapeutique. Il est nécessaire de pouvoir justifier de ces heures de formations pour utiliser ce titre. Le diplôme de psychologue clinicien inclus le titre de psychothérapeute. La psychothérapie est une méthode de soins qui utilise des moyens psychologiques et non médicamenteux.

Le psychanalyste a suivi une formation psychanalytique. Certains peuvent être par ailleurs psychologue ou médecin-psychiatre lorsqu'ils valident les deux formations.


Quelques courants de pensées "psy"


• La psychanalyse

Divers courants se sont développés depuis Freud, de la psychanalyse très proche de celle initiée par Freud, à d’autres inspirés par ses élèves et disciples qui la développèrent et la firent évoluer. Les grands principes freudiens en sont toujours la base. Cette méthode cherche à résoudre les conflits inconscients et les résistances psychiques, grâce à une expression totalement libérée et à une écoute neutre et bienveillante. La thérapie familiale/de couple “psychanalytique” s’appuie sur les concepts psychanalytiques individuels pour comprendre la structure des conflits interpersonnels en action dans le groupe familial.


• Les thérapies comportementales et cognitives

Elles ne s'intéressent pas au passé du patient, mais aux problèmes qu'il souhaite résoudre avec pour but de modifier un comportement. Elles visent à réduire l’effet, et non comprendre la cause. Elle vise plutôt à modifier des comportements appris, tout en s’appuyant sur des processus de pensée.


• La systémie

Fondée sur la théorie dite des "systèmes, elle considère chacun comme l’élément faisant partie d’un ensemble d’éléments qui interagissent. La thérapie familiale/de couple “systémique” prend en compte le fait que quand un des membres va mal, c’est l’ensemble du système qui est touché. L'approche s'applique plutôt à soigner le système plutôt que de soigner seulement l'élément désigné comme dysfonctionnant.


• La psychologie intégrative

La psychologie intégrative considère l'être humain de manière globale et dans toutes ses dimensions, affective, physiologique, comportementale et spirituelle. Cette approche met donc en place des stratégies thérapeutiques variées empruntées à différents courants et technique.


• L'hypnose médicale

L’hypnose médicale ou thérapeutique s’appuie sur l’idée que la transe hypnotique permet à la personne qui le souhaite, de laisser agir son inconscient et d’activer ses propres ressources internes pour faire face aux événements de la vie. La personne qui se laisse aller dans cet “ailleurs”, quitte pour un instant son fonctionnement par la volonté, le conscient ou le contrôle, et accède à sa possibilité de “guérison”. Elle seule peut y accéder. Personne ne peut l’y contraindre.
L’hypnose “Ericksonienne” doit son nom à Milton Erickson, un psychiatre américain qui a marqué son temps par son innovation et sa créativité dans la pratique de l’hypnose. L’hypnose n’est pas un sommeil. L’hypnose est plutôt une "veille paradoxale", le corps étant comme figé et immobile alors qu'une grande activité inconsciente a lieu.